Environ(nement)

Le Premier ministre, Dominique de Villepin, a annoncé, mercredi 4 octobre, un ambitieux programme : "le Pacte national pour l’environnement".

La presse le commente abondamment, chiffrage à l’appui, et, les uns et les autres se félicitent que la question environnementale revienne au centre d’une campagne pour l’instant focalisée sur les questions de délinquance, de régularisation et de coulage de bateaux dans les mers australes.

Toutefois, quelque peu omibulé par la lecture attentive et attentionnée des différents projets de budgets nationaux et européens, nous avons quelque peu tiqué sur l’annonce du doublement des crédits de l’ADEME, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Ce ne peut être qu’une bonne nouvelle de voir ainsi doublé l’effort de l’Etat, portant son budget à 200 millions sur cinq ans, plus particulièrement sur les réseaux collectifs de chaleur renouvelable.

Les promesses à cinq ans, dans les derniers mois d’une législature, peuvent entraîner le doute. Mais ce n’est pas les cas !

En effet, le financement de l’ADEME a été inscrit dans la maquette financière des prochains Contrats de Projet Etat – Région, ce qui n’était pas le cas avant. Quant aux FEADER, il devrait dans son axe 2 assez fortement être mobilisé pour abonder un certain nombre de politiques conduites par l’ADEME.

Bref, quand on annonce un doublement, par l’Etat, du budget de l’ADEME, il fallait lire Régions et Europe viendront financer l’Ademe les cinq prochaines années. Ce serait un coup à faire oublier que c’est une bonne nouvelle de trop pratiquer l’environ, voire la menterie.