L’Europe est chose trop sérieuse pour les femmes !

Titre provocateur pour témoigner de notre émoi à la lecture de la liste des membres du prochain Comité des Régions, pour la période 2006-2010, proposée par le gouvernement français.

Le Comité des Régions est l’instance, de 377 membres, qui fait entendre la voix des collectivités territoriales, au sein même de l’Union européenne.

Les Traités font obligation à la Commission et au Conseil de consulter le Comité des Régions pour toute proposition formulée dans un domaine ayant des répercussions au niveau local ou régional. Le traité de Maastricht définit 5 domaines – cohésion économique et sociale, réseaux d’infrastructure transeuropéens, santé, éducation et culture. Le traité d’Amsterdam a ajouté à cette liste cinq domaines supplémentaires – politique de l’emploi, politique sociale, environnement, formation professionnelle et transports – qui couvrent désormais une bonne partie de champ d’action communautaire.

Chaque Etat membre est libre de proposer les titualires et suppléants, à la condition de représenter les équilibres politiques et territoriaux propres à chacun. La France vient de publier la liste de ses titulaires et suppléants (à voir sur le site de maire-info).

Pour 6 représentants titulaires des communes, une femme…

Pour 6 représentants titulaires des départements, une femme…

Pour 12 représentants titulaires des régions, une femme…

Rappelons pour mémoire, que, depuis 2004 et l’instauration de la parité pour les élections régionales, il y a plus de 45% de conseillers régionaux qui sont des femmes !

Les équilibres politiques sont savamment respectés, la répartion géographique aussi, mais de là à penser aux femmes…

C’est l’occasion de signaler, une fois de plus, l’excellente revue Territoires, qui dans sa dernière livraison malicieusement titrée “Sexe et politique” fait le tour de la question. Et dire que 2006 est l’année de l’égalité des chances… que serait-il advenu sans ?

Auteur : Olivier Dulucq