Prospective : mieux gérer les conflits

Un rapport du Plan anticipe l’accroissement des conflits d’usage dans les territoires et propose des pistes de réflexion.

Selon la définition qu’en donne le Commissariat général du Plan “les conflits d’usage peuvent être provoqués par la coexistence dans un même lieu d’activités identiques ou différentes ou par des projets d’implantation de ces activités“.

Le Commissaire au Plan Alain Etchegoyen souligne que dans les années à venir, ces conflits “seront particulièrement vifs dans les territoires ruraux et périurbains, objets de convoitises nouvelles“. La construction d’un nouvel aéroport, l’implantation d’un incinérateur, la protection d’une espèce menacée, la pratique de certains loisirs, sont quelques exemples des innombrables sources de conflits qui peuvent éclater entre des personnes ou des structures aux intérêts divergents.

Estimant que cette situation doit conduire l’État stratège à s’interroger sur son rôle, le Plan décrit trois scénarios possibles à l’horizon 2020. Le premier mise sur une gestion publique qui permettrait d’anticiper les conflits. Le deuxième envisage une gestion marchande des conflits avec un renforcement du recours aux tribunaux et aux solutions de marché. Le troisième prévoit une gestion locale concertée.

Source : Newsletter de Profession politique du 30 mars 2005

http://www.professionpolitique.info/

Auteur Nathalie Lacroix