Qui sommes-nous ?

Unadel
” Un réseau au service du développement local participatif”
Un objectif

promouvoir la dimension participative et partenariale du développement local

…. En quelques motsAssociation loi 1901, l’Unadel est née le 13 octobre 1992 de la fusion de deux associations : l’ANDLP (Association Nationale pour le Développement Local et les Pays), réseau d’acteurs et de personnes physiques et morales, créée à la suite des états Généraux des Pays de Mâcon en 1982, et la Fédération des Pays de France, regroupant des structures intercommunales de développement local.
A mesure que les territoires ruraux et urbains se sont engagés dans une dynamique de développement local, s’est affirmée l’exigence d’une expression et d’une reconnaissance du développement local.
Aujourd’hui l’Unadel donne de l’ampleur au mouvement du développement local. Carrefour d’échanges sur les expériences et les savoir-faire, lieu de réflexion et d’innovation, l’Unadel est aussi un outil d’expression et d’appui des structures de développement local auprès des pouvoirs publics.

… Porté par 600 adhérents de nature différente …
– Des collectivités et des associations : communautés de communes, conseils généraux, syndicats mixtes, pays, associations de développement et d’éducation populaire, associations de quartiers, …

– Des individus : élus locaux, agents de développement, socioprofessionnels, membres d’associations et toute personne adhérente aux valeurs du développement local.

– Des structures d’appui
 : tout organisme qui apporte un appui technique au développement des territoires (centre de formation, bureau d’études, structures socioprofessionnelles, … ).

… Réunis par des valeurs et des principes communs

 

– La globalité
Le développement local intègre tous les aspects du développement au service d’un projet collectif d’épanouissement des individus : économie, culture, éducation, aménagement, écologie …

– Le territoire 
Le développement local s’inscrit sur un territoire vécu, approprié par ses habitants, permettant une proximité et des échanges fréquents entre les citoyens et les décideurs politiques ou administratifs, mais aussi ouvert sur le monde et sur des échanges avec d’autres territoires.

 

– La citoyenneté
La démocratie participative est la force motrice du développement local. La réussite d’un projet dépend, pour beaucoup, de la participation réelle de la population à son élaboration et du partenariat mené avec tous les organismes concernés. Le dialogue et la participation profitent à tous les acteurs, de l’individu au groupe professionnel ou social en passant par les élus politiques.
 

… Les missions générales1) Recherche-action et expérimentation

– production de notes descr1ptives ou de synthèse des opérations menées par les adhérents,
– mise en place ou coordination pour l’analyse et la production d’outils méthodologiques mobilisant les adhérents et d’autres réseaux dans une démarche inter associative.

2) Information, mise en réseau et échanges d’expériences entre collectivités et acteurs du développement local

– production d’outils de communication et d’information : lettre d’information, documents thématiques, site Internet, …
– organisation d’échanges d’expériences par des journées de formation et d’information, interventions publiques à la demande de partenaires,
– appui aux acteurs par une mise en réseau régionale et en coordination avec les pouvoirs publics.

3) Promotion du développement local participatif auprès des collectivités locales et des acteurs des politiques publiques

– production d’analyses et de recommandations, notamment à partir de l’expérience d’élus locaux,
– participation à des organismes institutionnels mis en place par l’État (Conseil national pour l’aménagement et le développement du territoire, Comité national de suivi des pays, … ).

… Repères pour parler du développement local participatif 

Le développement local connaît un moment historique
La Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement Durable du Territoire (LOADDT) représente une reconnaissance du développement local participatif avec la création des conseils de développement.
Il faut maintenant éviter la facilité et réussir une mise en œuvre audacieuse.

Le mot “développement” recouvre deux concepts différents :
– Le développement par programmes et croissance sans limite
– Le développement par projet et solidarité.
C’est ce dernier que le réseau Unadel entend promouvoir et que nous appelons “développement local” ; ce développement qui nécessite le réveil de territoires, communautés de projet, et donc des femmes et des hommes.
Le développement local doit permettre l’épanouissement des personnes sur le territoire où elles vivent, en bâtissant entre partenaires une communauté de projet sur un espace de vie.

Le développement local se met en œuvre par un processus spécifique et démocratique :
– parce qu’il fait de l’animation, le cœur de la démarche (il ne s’agit pas de recettes !),
– parce qu’il suscite des procédures (et non l’inverse !),
– parce qu’il implique l’articulation avec des programmes,
– parce que face à un besoin, c’est avec les acteurs concernés qu’il construit la réponse.

Pour que ces territoires soient réellement ces lieux de rencontre où chacun trouve sa place dans une création collective et un pouvoir partagé, il faut transformer notre vision de :
– l’économie en mettant l’homme en son centre
– la croissance en la maîtrisant pour en assurer une équitable répartition
– l’éducation du citoyen-acteur en reconnaissant l’apprentissage par la démarche de projet
– la technique pour qu’elle soit maîtrisée, au service des individus
– le politique qui doit être réhabilité et articuler démocratie de représentation et démocratie de participation.

Le développement local, lieu d’articulation, répond alors aux enjeux de ce temps : emploi, intégration sociale, citoyenneté active.

Auteur : Olivier Dulucq