Trois Français sur Quatre…

A peine un entrefilet dans Le Monde, un tout petit peu plus long dans Libération et Le Figaro, le sondage du CSA, publié par le Parisien lundi 10 octobre, fait froid dans le dos.

76 % des Français sondés ne font pas ou peu confiance aux politiques ! Et l’on est à deux doigts du tous pourris, puisque 49% estiment que les élus sont corrompus.

Deux attitudes possibles : soit, et c’est probablement prudent, on ne croit pas aux sondages, et il n’y a aucune raison de s’émouvoir.

Soit… C’est probablement une vraie crise, non conjoncturelle, de la démocratie et le peu de commentaires ou de réactions inquiète. Il ne s’agit pas de gloser sur la confiance vis-à-vis du premier ministre ou du président de la République, mais de prendre la mesure des conséquences d’une telle défiance. Si 2006, année sans élection, n’est pas mise à profit, à droite comme à gauche, au national comme sur les territoires, pour réhabiliter, refonder la politique, 2007 sera l’année de tous les dangers.

Nous nous sommes probablement demandés, étonnés, voire gaussés, plus petits, comment Hitler avait pu arriver par les urnes. Incompréhensible et inconcevable… Non, c’était la crise de la République de Weimar, en sommes-nous si loin ?