Les territoires en route pour la COP 21

Livret « Les territoires en route pour la COP 21 » : un outil d’action pour les collectivités

Capture d'écran 2015-12-02 19.06.27

CDC Climat Recherche, l’Onerc et Météo-France ont publié, en partenariat avec l’Ademe et l’Agence française de développement, un livret pédagogique destiné aux collectivités et aux acteurs de l’adaptation. Ce livret, labellisé Cop 21, propose 35 fiches pour présenter le contexte du changement climatique, les politiques climatiques à l’échelle mondiale, européenne et française et les outils et actions des collectivités locales françaises pour atténuer le changement climatique sur leur territoire tenter de s’adapter.

Les 35 fiches proposées se déclinent en trois thèmes :

  • Les impacts du changement climatique ;
  • Les politiques climatiques mises en œuvre aux niveaux mondial, européen et français ;
  • Les outils économiques et techniques à disposition des collectivités.

Source : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Parution du livre d’entretiens avec Michel Dinet

Michel Dinet – Réenchanter la démocratie.

Entretiens avec Noël Bouttier

Michel Dinet. Réenchanter la démocratie

Michel Dinet. Réenchanter la démocratie

Michel DINET (1948-2014) a marqué les esprits, en Lorraine et bien au-delà. Pas seulement par les positions de pouvoir qu’il a exercées – maire, conseiller général puis président de l’assemblée départementale, conseiller régional et député. Mais surtout par la relation qu’il a su imprimer à son territoire et à ceux qui l’habitent : une relation singulière, faite d’esprit pionnier et de participation citoyenne, de volonté d’émancipation et de plaisir d’être au milieu des autres.

Au long de ses entretiens avec Noël Bouttier – journaliste et auteur de plusieurs livres – il raconte son itinéraire d’enfant des Vosges passionné par le métier d’instituteur, sa découverte de Vannes-le-Châtel – son village d’adoption –, la mobilisation de tous les instants pour redonner espoir et perspectives à une région gagnée par le déclin, ses batailles électorales – et ses déboires.

Par la force de l’exemple, il montre que la coupure entre citoyens et élus n’est pas inéluctable, que le politique peut être facilitateur de coopération et de liens sociaux : il propose une vision incarnée d’une démocratie réenchantée, qui rassemble et révèle les talents des uns et des autres.

Ces entretiens, brutalement interrompus par son décès, sont complétés par les témoignages de personnalités associées à ses combats – Jacques Chérèque, Mathieu Klein, Claudy Lebreton, Jean-Louis Sanchez et Denis Vallance – et la postface de Dominique Potier.

 

Michel Dinet – Réenchanter la démocratie. Entretiens avec Noël Bouttier.
Éditions Lignes de repères, 2014. Prix public 15 €.
Pour commander : envoyer un chèque de 17,45€ (dont 2,45€ de frais de port) à l’ordre de l’association :
Association Michel Dinet – Mairie – 54 112 Vannes-le-Châtel 

Texte de la 4e de couverture.

Sénat : je t’aime moi non plus

Un article de la revue “Territoires” de novembre 2011 consacré au Sénat. Malgré les réformes initiées par son ancien président la légitimité de la Haute Assemblée pose question. L’alternance politique permettra t-elle de redorer son balson ?
Cliquez sur la pièce jointe pour découvrir l’article.
Auteur : Stéphane Loukianoff

Regards sur les 8èmes Universités de Pays en Matawini-Québec

« Contribuer à l’émergence d’un nouveau modele de développement – Amorcer une nouvelle conception de l’éducation… – établir l’interdépendance local, régional… – stimuler les changements individuels et collectifs compatibles… à ces objectifs – Connaître, renforcer les dynamiques locales engagées ( sur notre lieu d’accueil) – Valoriser l’identité des territoires, culture, patrimoine, habitants, actions de développement en cours…. sur nos territoires »
Tels sont les objectifs déclarés des organisateurs Québécois et de l’association interuniversitaire des Pays.

Une soixantaine de français dont des guadeloupéens plus quelques marocains et des québécois pour plus de 200 participants à ces 8è UP sur ces thématiques en ont été les acteurs.

Pour moi qui avec quelques-uns participe à celles-ci pour la troisième fois comme membre de l’UNADEL, je ressens auprès de nos cousins de la Belle Province le même engouement et partage que ceux qui avec Michel Dinet* avaient participé non loin de là il y a quelques années au Rassemblement de « Sherbrooke », aussi constitutif de nos réseaux de Développeurs que «Carcassonne» pour l’UNADEL sur les Terres d’Eric Andrieu* qui était, lui, avec nous en Guadeloupe à la 5è UP. Le temps est passé depuis, la réalité mondiale et de l’hexagone aussi… Pourtant ces 8ème UP sont toujours dans la lignée des précédentes : Studieuses et conviviales. La proportion des pages du dossier se partageant d’ailleurs également sur ces deux axes : Programme et Texte de référence sur les Enjeux du Développement Durable d’une part et Théâtre, Foire aux initiatives et Menus d’autre part…

UP Studieuses

Studieuses par les participants dont pour la première fois des jeunes, le thème, la table-ronde et les ateliers qui ont traité entre autre : Logement, Environnement, Consommation, Culture, Agriculture, Emploi, Animation, Transports, Gouvernance. Pour ma part j’ai participé à ce dernier atelier où Roger Castaño*, Président de l’Association Inter territoriale des UP (et également comme moi administrateur de l’UNADEL) m’a demandé d’en être rapporteur.

Quelques éléments de cet atelier : La présentation de la réalité québécoise est à la fois semblable à la nôtre… Plusieurs échelles d’administration et politique des territoires, mais semble-t-il malgré les deux niveaux de gouvernements : Canadien et Québécois, une plus grande pratique et culture de l’Intercommunalité de Projet Avec « Les MRC : Municipalités Régionales de Conté », une CRE : Conférence Régionale des Elus, un plan quinquennal de développement : Processus de consultation et de participation et des volontés de jeunes élus et de leurs équipes. La SADC : Société d’Aide au Développement de la Collectivité de la Matawinie, support local d’organisation de l’UP est l’outil d’animation et de développement territorial. Les trois axes de ce travail prospectif étant l’Identité Régionale, l’Innovation et le Développement Durable.

La Présentation succincte du Pays de La Vallée du Loir par son Président: Guy-Michel Chauveau, dynamique Maire de la Flèche qui nous avait reçus sans compter pour la 7ème UP nous permettait de constater que le charisme des hommes devait, chez nous, faire dépasser les logiques administratives, financières et de guichet pour que le projet porté par la participation surpasse les cloisonnements des intercommunalités, cantons départementaux et politiques régionales pour ne pas parler de la quasi-absence de l’état dans ses financements qui pousse plutôt à la compétition entre territoires !

Le débat déboucha essentiellement sur des questions et propositions permettant d’atténuer la Logique de Guichet pour que vive celle de Projet permanent qui avec des « moments et lieux » repérés par tous les acteurs permette cette participation et coconstruction en tenant compte des temps de chacun. Le statut des élus et leur disponibilité est aussi abordés, les élections les rendant instables et les structures permettant plus de stabilité ! La mise en place de systèmes et méthodes ou la formation intrer-active peut jouer un rôle transversal et fédérateur semble donc à préserver.

La place des jeunes, plutôt absents de notre atelier, fut plus abordée dans la seconde partie du débat. Où et comment les écouter, permettre leur participation ? L’image de « Monsieur l’instituteur » si cher à Pagnol est dépassée, l’image de l’animateur, de l’éducateur, du « Grand frère » est à prendre en compte et si L’éducation est à préserver, il faut écouter leur langage : hip-hop, be-cross etc. aller là où ils sont, prendre en compte les durées réduites d’engagement, permettre des sas pour l’implication faire en sorte que le projet soit réalisable. Trouver ce qui relie, fédère. Optimiser, décloisonner : Famille, Ecole, Groupe de loisir. Créer des dispositifs comme ici au Québec : « Prends ta Place ». Créer des fonds régionaux d’initiatives jeunes, faire en sorte que les consultations citoyennes, les procédures de débat public soient ouvertes aux jeunes : Partir de la prise de conscience puis comment passer du tout économique à autre chose et enfin mettre concrètement en place cet autre chose. Avoir des pédagogies par étape, des pédagogies d’organisation collective. Les politiques publiques sont à adapter : Sport, centre de loisirs, stages extérieurs… Les cadres législatifs associatifs sont à modifier : Mettre des Jeunes dans les CA. Permettre la mixité sociale, permettre des décloisonnements, favoriser des accompagnements par des formations. Les financements sont à repenser ! Ne pas oublier que certains financements peuvent rapporter : Créer des actions qui créent des emplois permet le retour d’investissement. Articuler Economique, Social, Ecologique… Faire en sorte que les jeunes aient la parole, qu’ils deviennent les conseiller en Développement Durable auprès de leurs enseignants, parents, éducateurs… Papa pourquoi prends-tu la voiture ce matin? Maman pourquoi arroses-tu aujourd’hui? Monsieur l’Instit. Pourquoi prend-on des sacs plastics alors que ces boites peuvent faire l’affaire ?Que l’imagination soit donc au pouvoir… C’est ce qui s’est fait aussi dans les autres ateliers et les actes avenir construits lord de la réunion des rapporteurs qui a suivi en sera la concrétisation.

UP Conviviales

La convivialité s’est manifestée tout au long de l’UP par l’interactivité entre les gens de chaque Pays, par les Pays entre eux, par d’autres participants plus isolés de Pays ou venus en complicité avec ceux-ci dont nous étions pour certains et par cet accueil merveilleux sur nos sites respectifs et la présence merveilleuse des gens d’ici.

Elle s’est manifestée aussi lors des Foires aux Initiatives aux moments des « Pauses-santé » : Informations, Bar-Détente et Kiosques qui permettaient à celle-ci de se manifester… Là le confessionnal-citoyen à permis à tous les « confessés » de culpabiliser et de répondre à la question :Dans l’esprit du Développement Durable et de pratique Citoyenne, qu’est-ce que je ne fais pas et que je devrais faire… Et pourquoi »… Un flot de propositions pour les Actes…

Même lors des phases studieuses les Bataclowns faisaient leur Psycho-Spectacle, Bravo à Isabelle et Jean-Michel d’avoir synthétisé peut-être mieux que d’autres ce travail collectif… En mettant du baume au cœur aux participants…

Et ils en avaient besoins les participants afin d’apprécier les milliers de produits et mets de ces dîners et soupers confectionnés collectivement par de grandes et petites mains et qui ont ponctué, plus qu’il n’en faut au goût de certains ! (Mais ce sont des mauvaises langues) ces UP.

Les spectacles furent aussi au goûts de la diversité de ce territoire, le plus musical et théatreux du Québec : Le Rêve Matawinien nous a fait découvrir l’histoire de ces pionniers et leurs expressions : Astheure – Désâmer – Enfirouapé – Maillais – Poche de fleur et autre Bord de l’eau… La famille Cantin et ses rythmes irlandais comme à la Cabane à Sucre le groupe BardeFou et sa dimension celtique nous ont fait plonger dans les racines du Québec alors que le chansonnier vagabond Michel Verdon nous reliait lui au tour de chant de notre mère-patrie…

La météo avait décidé de taquiner la journée Culturo-spirituelle prévue sur le territoire des autochtones Atikmekw et chacun à du faire preuve de sang-froid, patience et d’humour afin de permettre que le Temps, « Valeur-Sagesse » des Indiens soit moment d’enracinement sur ce territoire. Cet incident à permis entre autre d’immortaliser le geste des citoyens du monde dans une photo « Bénéton » symbolique ! Merci entre autre au Sage François Ottawa de ses histoires qui ont égrainé les heures et aux « Bonnes nouvelles » de Jacques Girardin qui a joué son rôle d’hôte de manière remarquable.

La soirée a enfin permis au chaman de réaliser cette cérémonie de purification nécessaire au bon déroulement de ces UP, d’apprendre Les 7 valeurs indiennes données par les Atikamekw : AMOUR, RESPECT, VERITE, COURAGE, COMPASSION, BRAVOURE, HUMILIT… Et aux territoires de passer des hauteurs de Matawinie et tourbières du Saint Laurent à la Camargue et au delta du Rhône…

Principe de Réalité

Des Visites Off ont permis d’approfondir les savoir-faire, les arts, les sites et de faire de nouvelles rencontre ou de les approfondir alors que d’autres participants étaient déjà sur le chemin du retour ou en découverte d’autres territoires comme le noyau fidèle qui à pu parcourir Montréal au rythme des clics autorisés !

En conclusion provisoire dans l’attente des Actes surtout après la remise de la seconde table-ronde qui aurait pu apporter un début de synthèse, que pouvons nous tirer de cette expérience…

Peut-être un nouveau souffle à trouver… Si 17 Pays étaient représentés à ces 8è UP et certains par de bonnes délégations, d’autres étaient plus discrets… Ne faut-il pas aussi permettre une confrontation de territoires « expérimentés par ces formations-actions » de se confronter plus à d’autres territoires voisins ou lointains, à des personnes-ressources de réseaux-frères à l’image de l’expérimentation sur les Conseils de Développement Participatifs menés sur 40 territoires avec une vingtaine de réseaux formant groupe de pilotage*…

Et surtout, alors que la réalité actuelle nous confronte à des pactes ruraux à des pôles de compétitivité, à des choix ou nos gouvernants ne citent même plus les « Pays » lors des CIAT (Comités interministeriels d’Aménagement du Territoire) il ne faut pas comme il a été dit dans l’Atelier Développement Durable et Nouvelle Gouvernance, surtout vis à vis de jeunes «créer des déceptions, des illusions et se donner les moyens de réinterroger les diverses strates concernées par nos Projets de Territoires». La Culture Participative, le Développement Local, Durable, s’ils doivent partir du citoyen, être soutenus par des formations et personnes-ressources n’en est pas mois un projet politique au sens noble du terme et là ne rêvons pas, le principe de réalité s’impose à tous.

José Dhers, participant aux 8èmes UP de 2006 en Matawinie-Québec

(Rapporteur de l’Atelier 11)

* : Michel Dinet, premier Président et administrateur de l’UNADEL, actuellement Président du CG 54 et d’ODAS (voir en annexe son discours sur l’Action Sociale lors de la Journée IGAS au Ministère de la Solidarité au printemps 2006) – Eric Andrieu, actuel Président et Vice-Président du CR Languedoc-Roussillon présent à la 5ème UP et qui nous invite à répondre à l’enquête sur le Développement Local lancé par l’UNADEL :

http://www.sphinxonline.net/unadel/enqueteunadel/enqueteunadel.hypquery=input&format=java

Auteur : José Dhers

L’Europe est chose trop sérieuse pour les femmes !

Titre provocateur pour témoigner de notre émoi à la lecture de la liste des membres du prochain Comité des Régions, pour la période 2006-2010, proposée par le gouvernement français.

Le Comité des Régions est l’instance, de 377 membres, qui fait entendre la voix des collectivités territoriales, au sein même de l’Union européenne.

Les Traités font obligation à la Commission et au Conseil de consulter le Comité des Régions pour toute proposition formulée dans un domaine ayant des répercussions au niveau local ou régional. Le traité de Maastricht définit 5 domaines – cohésion économique et sociale, réseaux d’infrastructure transeuropéens, santé, éducation et culture. Le traité d’Amsterdam a ajouté à cette liste cinq domaines supplémentaires – politique de l’emploi, politique sociale, environnement, formation professionnelle et transports – qui couvrent désormais une bonne partie de champ d’action communautaire.

Chaque Etat membre est libre de proposer les titualires et suppléants, à la condition de représenter les équilibres politiques et territoriaux propres à chacun. La France vient de publier la liste de ses titulaires et suppléants (à voir sur le site de maire-info).

Pour 6 représentants titulaires des communes, une femme…

Pour 6 représentants titulaires des départements, une femme…

Pour 12 représentants titulaires des régions, une femme…

Rappelons pour mémoire, que, depuis 2004 et l’instauration de la parité pour les élections régionales, il y a plus de 45% de conseillers régionaux qui sont des femmes !

Les équilibres politiques sont savamment respectés, la répartion géographique aussi, mais de là à penser aux femmes…

C’est l’occasion de signaler, une fois de plus, l’excellente revue Territoires, qui dans sa dernière livraison malicieusement titrée “Sexe et politique” fait le tour de la question. Et dire que 2006 est l’année de l’égalité des chances… que serait-il advenu sans ?

Auteur : Olivier Dulucq

Jeunes de tous les Pays…

Une démarche pour les jeunes européens, originale, intéressante et financée grâce à Leader +. Bravo !
Cette information transmise par nos sympathiques amis de l’Unité nationale d’animation Leader +. Un mois en Italie, pour des jeunes de moins de 35 ans, pour (ré)inventer le développement local en milieu rural. Chapeau ! La coopération a décidément du bon !
Auteur : Stéphane Loukianoff

Coopération métropolitaine : une voie de réconciliation avec le Politique ?

De Jacques Petit, membre du Comité de développement du Grand Lyon.
De nombreux discours et écrits dénoncent régulièrement la morosité des Français et leur défiance grandissante vis à vis de la vie politique. Le souhait d’une démocratie plus participative est souvent exprimé au sujet de la société civile ou de la société du savoir. Rares sont pourtant les occasions concrètes de mise en œuvre proposées à nos concitoyens et qui seules pourraient amorcer une telle avancée.

 

Une opportunité de ce type risque aujourd’hui de passer inaperçue par beaucoup de Français : l’Appel à coopération métropolitaine de la Datar qui vient de sélectionner 15 métropoles parmi les plus importantes de France. En effet l’Etat s’engage à accompagner un maximum d’acteurs de ces territoires afin qu’ils puissent réfléchir avec leurs élus locaux à un devenir partagé. Il s’agit de relever des enjeux de visibilité et d’attractivité au sein de l’Union Européenne. Une alliance stratégique est préconisée entre des grandes villes de France qui prises isolément ont un déficit dans ces deux domaines par rapport à leurs concurrentes en Europe. Le processus est suffisamment long, il se déroulera jusqu’à fin décembre 2006 et structuré, il mettra en œuvre des groupes de travail par thème, pour assurer une réflexion de fond.

 

 

Cette initiative aborde deux axes de progrès essentiels à notre pays. Elle mérite d’être  partagée par tous ceux qui espèrent une amélioration de nos performances:

 

Sur le plan civique et politique ce texte sollicite spécifiquement la société civile citoyenne dans le cadre notamment des Conseils de développement. Ceux-ci sont installés aujourd’hui dans la plupart des grandes agglomérations dynamiques par des collectivités qui souhaitent les associer à leur réflexions prospectives. Leurs délégués seront conviés au coté de ceux des CCI, des Autorités organisatrices de transport, du Monde universitaire, des Inter-scot à participer aux groupes de travail pour y apporter notamment le regard du bon sens et d’une ambition collective. Il y a là l’amorce en France d’une culture de collaboration entre des entités qui souhaitent restées « concurrentes » mais ne renoncent pas pour autant à réaliser ensemble les progrès qu’elles ne peuvent réaliser seules. Les exemples tels que ceux de Metz/Nancy, de Lyon/Grenoble, de Rennes/Nantes…. sont autant de perspectives nouvelles de succès pouvant améliorer l’efficacité des régions françaises dont ces métropoles sont les moteurs.

 

Sur le plan du développement économique, bien qu’occulté par la légitime médiatisation organisée autour des Pôles de compétitivité, l’Appel à coopération apporte à ces derniers une complémentarité décisive. Le croisement de filières technico-industrielles avec les ressources de l’économie territoriale doit permettre un fort ancrage par le territoire dans l’esprit des clusters anglo-saxons. En effet les recommandations qui seront faites par les groupes de travail, préfigureront les très importants investissements financiers qui se négocieront lors des prochains Plans Etat/Région. Elles pourront viser tant la mobilisation de ressources financières régionales qui font encore défaut pour les étapes de pré-industrialisation, que toutes les synergies nécessaires avec les filières connexes, que la mise à disposition des fonctions métropolitaines supérieures indispensables et la constitution de territoires dits « intelligents » offrant un contexte attractif et convivial.

 

A cet égard il est intéressant de noter qu’hormis l’Ile de France (qui n’est pas concerné par l’Appel ; est-ce une autre raison de l’absence de communication ? ) la quasi totalité des Pôles, qu’ils soient à vocation mondiale ou régionale, est située dans les 15 territoires retenus par la Datar.

 

Ce n’est pas une coïncidence fortuite encore devons-nous en être conscients, être créatifs et bâtir sur la convergence exceptionnelle qui est actuellement offerte.

Auteur : Olivier Dulucq

Relais Services publics, vers un nouveau label !?!

C’est nouveau, cela va bientôt sortir, mobilisez-vous !
L’intitiative est intéressante et mérite sans doute que nous apportions chacun notre contribution à partir de l’expérience des EREF, points publics, MSP autour de thèmes comme :
  • La mutliplication des labels, plutôt que leur pérennisation,  pose des problèmes de lisibilité pour le public. Les EREF sont connus depuis plus de 10 ans, les MSP sont reconnus par deux lois… Va-t-il faloir prendre le nouveau nom “RSP” ?
  • La question d’une charte de qualité est une bonne chose. L’APEMSP en a déjà proposé une. Il s’agit de mettre  en avant , non seulement le rôle de “guichet front office polyvalent” mais aussi des fonctions de médiation, de décloisonnement des services, d’intitiatives de développement, de travail d’équipe projet, d’adaptation des services aux personnes et aux territoires, d’observatoire local… qui méritent d’être mises en avant aussi.
  • La question se pose bien sûr de l’engagement des partenaires dans le temps, de leur collaboration pour simplifer le traitement du back office en relais des agents du front office, et du financement pluriannel mutualisé.
  • Pour veillez à l’engagement des partenaires et assurer une coordinnation, il faut une instance de pilotage et de suivi à un niveau extra territorial : Pays, Département ou Région…
  • La formation des agents et la reconnaissance de leur fonction, de leur statut reste bien sûr une priorité. Cette reconnaissance ne peut se limiter à des statuts rigides de la fonction publique actuelle mais s’inspirer des travaux de la plate-forme des métiers du développement local pour les fonctions projet, animation, médiation, observation, et sur les ébauches de réferentiel métier déjà réalisées.
  • Il serait bon de rapeller l’importance du travail en réseau,  qui necessite une animation, des structures souples d’animation, d’appui et de ressource comme l’AREREF qui a permis la mise en place de plus de 20 points dans les alpes du sud.
  • Le pilotage et l’impulsion ne peuvent venir que du niveau central mais doivent pouvoir s’appuyer sur des relais locaux d’appui à la mise en oeuvre de ces RSP.
  • Le travail en réseau comme celui en front office des services nécessitent c’est évident des dotations en matériel internet et visio avec des moyens d’assistance technique mutualisés minimum.
  • Il semble évident de s’appuyer sur des structures existantes et de labéliser celles qui fonctionnent déjà, pour éviter la création de nouvelles structures par effet d’aubaine… et garder la souplesse pour permettre l’adapation aux réalités locales.
  • Il semble enfin, que les spécificités territoriales, par exemple, les vallées de montagne faiblement peuplées, peu riche, n’ont pas les mêmes besoins ni les mêms containtes que les territoires ruraux de la région Nord-Pas de Calais.

Pour plus d’informations ou réactions contactez Jean Horgues-Debat

Auteur : Olivier Dulucq

Veut-on encore des élus locaux en 2008 ?

C’est la question que pose l’Association des petites villes de France (APVF), qui vient de publier un Livre blanc de propositions pour “Moderniser l’exercice des mandats locaux”.

Les fonctions des élus évoluent inexorablement, la décentralisation est aussi passée par là. Et l’exercice des responsabilités politiques locales est de plus en plus lourd à assumer. Pour certains, il ne s’agit plus de mandat, mais de sacerdoce… Permettre un plus grand renouvellement des élus locaux, favoriser l’accès de toutes les catégories socio-économiques à ces fonctions, est un enjeu essentiel de notre démocratie. L’APVF l’a bien compris, qui publie aujourd’hui un Livre blanc bourré d’idées de tous ordres pour éviter que la fonction d’élu local n’attire bientôt plus que quelques retraités masochistes.

Prévenir et réduire le risque juridique, renforcer l’accès aux compétences, permettre de concilier mandat et vie professionnelle sont les têtes de chapitre de ce document dont on espère bien qu’il suscitera la réalisation des adaptations nécessaires !

Livre blanc nov.2005

Auteur : Nathalie Lacroix

Salut l’artiste !

L’assemblée générale du Pays Val de Lorraine a été l’occasion, ce 29 octobre, de rendre hommage à son fondateur, Jacques Chérèque. L’Unadel s’associe à ce salut mérité !

Jacques Chérèque a été et reste un des plus fidèles adhérents de l’Unadel. Au moment où il quitte ses dernières fonctions publiques, quelques militants du développement local se sont réunis pour lui rendre hommage et surtout le remercier de ce parcours militant(s). En effet, que de combats, de la sidérurgie à la CFTC devenue CFDT, de la préfectorale au ministère de l’aménagement du territoire, du conseil régional au pays Val de Lorraine, du Carrefour des Pays Lorrains à la Grande Région !

Jacques Chérèque est un homme de combat, une gouaille mise au service de convictions ancrées au plus profond des tripes.

Profondément lorrain, sincèrement engagé, cet homme ne laisse pas insensible. On imagine sans peine qu’il a du déménager, déranger, démanger dans ces fonctions publiques. Brecht a écrit que “la provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds”. Chérèque sait la faire tenir bien droite !

Pour en savoir plus sur le bonhomme : http://www.pays-valdelorraine.org/navig/r1_13.asp

Auteur : Olivier Dulucq