Réforme territoriale : audition du Carrefour des pays lorrains

Partenaire de L’Unadel, le Carrefour des Pays Lorrains, réseau régional de développement local participatif, est auditionné sur la réforme territoriale.

Alors que les prises de position vont bon train ces jours-ci concernant les contours de la future région, le Conseil Economique, Social et Environnemental de Lorraine (CESEL) vient d’achever ses auditions sur la réforme territoriale en recevant une délégation du Carrefour des Pays Lorrains.

Le Conseil Economique, Social et Environnemental de Lorraine a été saisi en juin 2014 par Jean-Pierre Masseret pour donner un avis sur “ce qui pourrait contribuer à la réussite du projet (de rapprochement de l’Alsace et de la Lorraine, NDLR), au service du territoire, de ses habitants et de l’intérêt général”. Cet avis sera remis le 17 octobre prochain en séance plénière. Pour ce faire, la 2de assemblée régionale a mené une série d’auditions dont celle du Carrefour des Pays Lorrains le 22 septembre. Afin de préparer la rencontre et faire valoir la parole collégiale, multi-territoires et multi-acteurs du Carrefour, une soirée-débat a eu lieu à Nancy le 10 septembre dernier.

Les principales positions du réseau à ce jour

– Nous avons besoin de régions fortes, visibles à l’échelle européenne, à même de porter le redressement économique nécessaire dans l’industrie, l’artisanat, le commerce ainsi que toutes formes d’entreprenariat alternatif qui animent et font la richesse de l’ensemble de nos territoires.

– Pour autant, “mettre le contenant avant le contenu” c’est à dire parler des contours de la future région sans parler des identités, de la cohérence géographique, économique, des coopérations réelles et souhaitées, de ce qui nous rapproche et de ce que l’on veut/peut faire ensemble est risqué et biaise le débat. Dès lors, les arguments du poids politique, du positionnement de la future capitale régionale ou encore de l’opportunité/la défense des intérêts financiers prennent le dessus, ce qui est dommage.

– Quelque soit la taille de la future région, et de manière générale celle des entités d’action publique locale (région, département, intercommunalité, commune), il est impératif de mettre en place une organisation territoriale à même de préserver la proximité : accueil, écoute, médiation, services de qualité, emplois en proximité du citoyen, où qu’il habite. Dans un contexte où l’on applique aux territoires les principes de l’économie de marché (compétitivité, attractivité, rentabilité,…), le risque est grand d’accentuer encore un peu plus les « fractures territoriales » dont parle Christophe Guilluy et de déresponsabiliser le citoyen de la vie locale. Les membres du Carrefour sont très attentifs à cette tension entre moyens d’agir et proximité. Il y a là un défi important à relever qui passe sans doute par des territoires recomposés (mais pas non plus démesurés), un nouveau rôle pour l’échelon communal, pour l’éducation populaire et un travail en inter-territoires à renforcer.

Article publié le 24 septembre 2014 sur http://cpl.asso.fr/ par Kristell Juven