Bénévoles : coupes franches

Publié le 4 octobre 2005 | dans Autres catégories | par Jean Maillet

LE GOUVERNEMENT SUPPRIME 2/3 DES CREDITS
DE LA FORMATION DES BENEVOLES

Lors du conseil du développement de la vie associative du 21 septembre dernier, le représentant du ministre de la Jeunesse, des sports et de la vie associative a annoncé aux représentants associatifs que seulement 4,285 millions d’euros seraient disponibles en 2005 pour le programme « développement de la vie associative », soit une répartition des crédits comme suit :
– 2,762 millions pour les formations de bénévoles
– 555 000 pour les études en expérimentations en 2005 sachant que compte tenu du paiement en deux fois (2005 et 2006), environ 277 500 euros seront payées en 2005 et le reste en 2006 pour solder les conventions signées.
– 700 000 euros de solde des études 2004
– 548 000 euros pour les trois régions expérimentales (formations des bénévoles)

Les représentants associatifs ont fait savoir leur plus grand mécontentement quant à cette suppression de crédits. Refusant de prendre part à une négociation régulatrice de la pénurie budgétaire, ils ont quitté le conseil du développement de la vie associative. En effet, près de 19 millions d’euros de demandes ont été faites au CDVA cette année par environ 1300 associations pour plus de 4500 projets. La loi de finances initiale, votée par le Parlement, prévoyait, elle, un montant de 7,02 millions d’euros pour 2005. Depuis le printemps dernier, la CPCA a alerté les pouvoirs publics sur le différentiel entre la demande et les crédits prévus ainsi que le risque d’une perte définitive de confiance des associations dans le dispositif si ce dernier était amputé d’une partie de son budget en cours d’année. La CPCA va informer toutes les associations qui ont fait une demande en 2005 de cette situation ainsi que les parlementaires du manque de respect de l’engagement de l’Etat envers les bénévoles et le développement de la vie associative, elle espère une réaction de soutien des pouvoirs publics face à cette situation intolérable.