Inquiets !

Publié le 17 août 2006 | dans Politique de développement rural | par Jean Maillet
Un communiqué de presse du Carrefour des Pays Lorrains en date du 26 juillet.

Les territoires de projet  inquiets pour leur avenir…

 

Dans une phase de préparation à la fois des futurs contrats de projet et fonds européens (FEDER (fonds européen de développement régional,) FEADER, (fonds européen agricole pour le développement rural), les territoires de projet intercommunalités et pays sont inquiets au vu du projet de programmation 2007 – 2013.

 

 

 

 

Le fait territorial, les dynamiques locales de développement ne peuvent plus être niées aujourd’hui ! C’est ce qu’expriment les territoires lorrains, qui depuis de longues années, tissent des partenariats sur les territoires avec élus, acteurs socio-économiques, associations,… pour rechercher et optimiser des pistes de développement dans tous les domaines (économique, culturel, social, environnemental, services au public, mobilité, etc.).

Dès lors, il y a tout intérêt, pour chacun, que toute politique publique qu’elle soit départementale, régionale, nationale ou européenne croise les stratégies élaborées par les territoires et particulièrement les pays et les agglomérations, fédérateurs d’énergies sur un espace conséquent. Il en va de l’efficacité et de la pertinence de ces politiques.

Les pays, ces fédérations d’EPCI à l’échelle d’un bassin, sont, comme les agglomérations, des relais indispensables des orientations stratégiques de l’Union européenne, de l’Etat, de la Région.

 

 

 

Par ailleurs, assurer le développement équilibré de l’ensemble des territoires de Lorraine est aujourd’hui un impératif. Il y a un risque évident de décrochage de secteurs entiers de notre région. Dès lors, comment celle-ci peut-elle être « compétitive » à l’échelle nationale ou de l’Europe ?

Il est illusoire de penser que la promotion des seules métropoles ou de certains pôles privilégiés conditionnera à elle seule le développement de l’ensemble de la région.

 

La Lorraine c’est le sillon lorrain, les métropoles transfrontalières, les pôles de compétitivité, les territoires impactés par l’arrivée du TGV, bien sûr ! Mais c’est aussi l’ensemble des territoires, dans toutes leurs composantes et leurs richesses.

 

 

 

 

 

 

CELA, NOUS L’AVONS DEJA DIT ET POURTANT, QUE CONSTATONS-NOUS ?

 

Or aujourd’hui, dans une phase de préparation à la fois des futurs contrats de projet et fonds européens (FEDER (fonds européen de développement régional,) Fonds social Européen, FEADER, (fonds européen agricole pour le développement rural), les choses semblent ne pas être entendues par les partenaires des territoires.

 

 

 

 

 

 

En ce qui concerne le FEDER nous constatons une très grande concentration des fonds sur quelques thématiques et quelques axes géographiques – qui risque d’accentuer le décrochage de zones entières de notre région – et une faible prise en compte des stratégies territoriales existantes. Aucune mesure dans le projet de programmation de ce fonds (de développement régional pourtant) ne concernent spécifiquement les pays …

Ainsi pour l’arrivée du TGV, dans le chapitre concerné aux dynamiques territoriales s’intéresse-t-on aux seuls « cantons impactés par une gare TGV » pour l’appui au développement touristique ou pour l’appui aux développement des services. Si l’on veut réussir pour la Lorraine l’arrivée du TGV, c’est toue la Lorraine qu’il faut encourager à développer ce type de services pas uniquement dans les cantons qui touchent une gare…et pour cela s’appuyer sur des dynamiques de territoires !

 

Annoncé souvent comme une opportunité pour les territoires ruraux de faire face aux lacunes du FEDER, mais doté d’enveloppes financières beaucoup plus faibles, le FEADER apparaît de plus dans sa mouture actuelle, quasiment à 90% destiné au monde agricole, pour le soutien d’un développement agricole dont on connaît aujourd’hui les limites, et ce en dépit des consignes européens qui stipulent doit participer au développement de l’ensemble du monde rural.

Pris en sandwich entre un FEDER très centré sur le sillon lorrain et les grandes métropoles et le FEADER concentré sur l’agriculture, les territoires de projet (intercommunalités et pays lorrains) pourraient être les grands perdants de cette programmation française en général et lorraine en particulier. Alors que vient d’être publié le rapport du sénateur Fouchet sur les Pays, dans lequel le sénateur met en lumière tout l’intérêt des pays, et dans un contexte où les négociations sur le contrat de projet laisse peu d’espoir d’une prise en compte de ces territoires du même nom, il est urgent que les fonds européens laissent  une part plus importante au soutien aux démarches de projet que sont les pays.

 

 

 

Or, les négociations ne sont pas finies, et il nous semble urgent de reprendre les discussions : l’enjeu est celui d’un développement équilibré de la Lorraine. Avec les représentants des territoires de projet, le Carrefour des Pays Lorrains est  tout à fait disposé à poursuivre la réflexion avec l’Etat, le Conseil Régional et les conseils généraux, dans le but de rééquilibrer la programmation de ces deux fonds au  service du développement équilibré de l’ensemble de la Lorraine.

 

Auteur : Olivier Dulucq