Laissé en Plan…

Publié le 2 novembre 2005 | dans Autres catégories | par Jean Maillet

Le Premier ministre a annoncé lors de sa conférence de presse mensuelle la future disparition du Plan pour devenir Conseil d’analyse stratégique, placé directement auprès de lui.

On ne peut que regretter sur la forme, comme sur le fond, cette décision. Elle nous fait irrésistiblement penser au fameux monologue du Figaro de Beaumarchais : "Sans liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits".

Créé en 1946, dirigé alors par Jean Monnet, le Plan se devait de s’intéresser au long terme et fournir des études, de la prospective, de l’aide à la décision à des hommes et des femmes omnibulés par le court terme, de 100 jours aux prochaines élections.

Il a souffert aussi de la disparition, en 1993, de la démarche planificatrice de l’Etat et l’on peut soupçonner que certains aient vu dans cette terminologie des relents d’économie dirigée, à l’heure où le libéralisme est paré de toutes les vertus. Pourtant la planification n’a pas été l’apanage des républiques socialistes, elle est même plutôt directement inspirée par Roosevelt et son "new deal".

Il est donc urgent de se ressaisir des travaux du Plan, notamment le dernier, en tout point remarquable sur la stratégie de développement durable de l’Etat : http://www.plan.gouv.fr . Il lui est aussi visiblement reproché ses analyses sur ce que pouvait rapporter la vente des autoroutes, l’estimation du Plan était plus du double de celle présentée par le gouvernement.

Le Plan valait par son indépendance, il l’a visiblement chèrement payée.