Participation dans les faits

Publié le 2 septembre 2005 | dans Lu ou vu pour vous | par Jean Maillet
En contrepoint de l’édito du site de septembre 2005, un exemple positif de mise en oeuvre de la participation : le lancement d’un débat public sur l’avenir des déchets nucléaires. Nous y trouvons quelques atomes crochus…

Le gouvernement a en effet demandé à la Commission nationale du Débat public d’organiser une consultation participative sur le devenir des déchets nucléaires.

Et une fois n’est pas coutume ce grand débat national va être conduit dans les temps prévus, dans les règles de l’art et avec quelques moyens financiers. Du bel ouvrage !

  1. Dans les temps : En 1991, le député Christian Bataille, après un long et sérieux travail législatif, avait fait voter une loi qui encadrait les recherches scientifiques sur le devenir des déchets nucléaires ultimes. Il fixait une durée de 15 ans pour expérimenter et évaluer différentes méthodes. Avant la fin de cette échéance, 2006, on lance un débat sur les résultats, les mérites comparés de la transmutation des déchets, de l’enfouissement ou du stockage de surface. Pertinent !
  2. Dans les règles : une Commission impartiale qui n’aura pas à conclure, mais à conduire le débat. Ce seront bien aux législateurs, en 2006, de faire suite à la loi Bataille. Une question élargie non pas simplement sur les techniques de traitement, mais aussi sur la politique énergétique, le financement, etc. Un site internet (www.debatpublic-dechets-radioactifs.org ), des associations conviées, une réflexion sur l’avenir de la démocratie participative sur ce sujet. Chapeau bas !
  3. Des moyens : 2,5 millions d’euros ! Et donc des réunions publiques entre septembre et janvier 2006, un dossier d’information pluraliste et complet. Impressionnant !

Au-delà de la question posée, il y a peut être là une expérimentation  de participation sur un sujet pourtant passionnel et complexe qui mérité d’être observée. Espérons qu’elle irradiera !…!

Auteur : Olivier Dulucq