Relais Services publics, vers un nouveau label !?!

Publié le 12 janvier 2006 | dans Lu ou vu pour vous | par Jean Maillet
C’est nouveau, cela va bientôt sortir, mobilisez-vous !
L’intitiative est intéressante et mérite sans doute que nous apportions chacun notre contribution à partir de l’expérience des EREF, points publics, MSP autour de thèmes comme :
  • La mutliplication des labels, plutôt que leur pérennisation,  pose des problèmes de lisibilité pour le public. Les EREF sont connus depuis plus de 10 ans, les MSP sont reconnus par deux lois… Va-t-il faloir prendre le nouveau nom “RSP” ?
  • La question d’une charte de qualité est une bonne chose. L’APEMSP en a déjà proposé une. Il s’agit de mettre  en avant , non seulement le rôle de “guichet front office polyvalent” mais aussi des fonctions de médiation, de décloisonnement des services, d’intitiatives de développement, de travail d’équipe projet, d’adaptation des services aux personnes et aux territoires, d’observatoire local… qui méritent d’être mises en avant aussi.
  • La question se pose bien sûr de l’engagement des partenaires dans le temps, de leur collaboration pour simplifer le traitement du back office en relais des agents du front office, et du financement pluriannel mutualisé.
  • Pour veillez à l’engagement des partenaires et assurer une coordinnation, il faut une instance de pilotage et de suivi à un niveau extra territorial : Pays, Département ou Région…
  • La formation des agents et la reconnaissance de leur fonction, de leur statut reste bien sûr une priorité. Cette reconnaissance ne peut se limiter à des statuts rigides de la fonction publique actuelle mais s’inspirer des travaux de la plate-forme des métiers du développement local pour les fonctions projet, animation, médiation, observation, et sur les ébauches de réferentiel métier déjà réalisées.
  • Il serait bon de rapeller l’importance du travail en réseau,  qui necessite une animation, des structures souples d’animation, d’appui et de ressource comme l’AREREF qui a permis la mise en place de plus de 20 points dans les alpes du sud.
  • Le pilotage et l’impulsion ne peuvent venir que du niveau central mais doivent pouvoir s’appuyer sur des relais locaux d’appui à la mise en oeuvre de ces RSP.
  • Le travail en réseau comme celui en front office des services nécessitent c’est évident des dotations en matériel internet et visio avec des moyens d’assistance technique mutualisés minimum.
  • Il semble évident de s’appuyer sur des structures existantes et de labéliser celles qui fonctionnent déjà, pour éviter la création de nouvelles structures par effet d’aubaine… et garder la souplesse pour permettre l’adapation aux réalités locales.
  • Il semble enfin, que les spécificités territoriales, par exemple, les vallées de montagne faiblement peuplées, peu riche, n’ont pas les mêmes besoins ni les mêms containtes que les territoires ruraux de la région Nord-Pas de Calais.

Pour plus d’informations ou réactions contactez Jean Horgues-Debat

Auteur : Olivier Dulucq